L'avortement - droit fondamental des femmes - est autorisé par la loi belge et est "remboursé" par les mutuelles.

Beaucoup de raisons amènent une femme à recourir à l'IVG lorsque survient une grossesse qui n'est pas destinée à devenir une maternité. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons; cette grossesse, accidentelle, parfois voulue mais impossible à garder est un problème. L'avortement sera la solution.

Pour beaucoup de femmes et malgré la liberté de choix, l'IVG est ressentie ou vécue douloureusement. Elle peut s'accompagner de tristesse, de sentiment de culpabilité, d'échec; certaines s'en veulent ou en veulent à leur conjoint; certaines sont seules, ne veulent en parler à personne, ressentent de la honte. D'autres femmes au contraire sont très claires dans leur décision et n'éprouvent aucun sentiment négatif. Après l'IVG, l'immense majorité des femmes se dit soulagée.

Dans la majorité des pays européens existent des lois autorisant l'avortement. Seuls les 4 pays suivants l'interdisent : Chypre, Malte, l'Irlande du Nord et la Pologne. Les femmes dans ces pays doivent recourir à l'avortement clandestin ou se rendre à l'étranger.

En Belgique, l'avortement se pratique majoritairement dans les centres extra-hospitaliers. Certains hôpitaux pratiquent également l'IVG dans les services de gynécologie.