Ce 3 avril 2017, nous célébrons les 27 ans de la loi qui a partiellement dépénalisé l'interruption volontaire de grossesse en Belgique.

Bien entendu, cette loi a facilité l'accès des femmes à l'avortement et respecte, partiellement aussi, le droit universel de celles-ci à disposer librement de leur corps.

Mais, en étant toujours inscrit dans le Code pénal, l'avortement reste un "délit contre l'ordre des familles et contre la moralité publique."

Cette inscription dans le Code pénal va à l'encontre d'un nécessaire travail de déstigmatisation de l'IVG.

Nous profitons de cet anniversaire pour saluer les initiatives développées par les politicien-ne-s, les mouvements laïques et féministes, les travailleur-euse-s de terrain et les citoyen-ne-s afin de faire sortir définitivement l'interruption volontaire de grossesse du Code pénal.

En sortant l'IVG du Code pénal, le législateur affirmera sa confiance envers les femmes et leur capacité à décider librement de poursuivre ou non une grossesse. Des propositions de loi allant dans ce sens ont été dernièrement introduites par de nombreux partis politiques.

Le GACEHPA espère qu'en 2018, le 28ième anniversaire de la loi ne devra plus être célébré et que nous pourrons nous réjouir des progrès qui auront été faits en matière de liberté des femmes à disposer librement de leur corps.